Conseils pratiques

Lutte contre le vol

Après la peur du trafic automobile, le vol est la deuxième cause mentionnée par les personnes qui renoncent à se déplacer en vélo. Quelques règles simples permettent pourtant de très fortement réduire les risques de voir disparaître son vélo:

  • utiliser un antivol en U, et toujours cadenasser son vélo, même dans les caves ou locaux vélo
  • attacher le cadre et une roue à un point fixe
  • si possible, les placer dans un endroit passant (contrôle social)

La Fubicy propose un site spécialement dédié à la protection contre le vol, avec notamment des tests d’antivols. En juin 2012, la revue «Que Choisir» à également publié les résultats de tests d’antivols pour vélos. Depuis le début de l’année 2013, la fourrière vélo de Genève propose le gravage anti-vol des vélos, un système mis en place en France par la Fubicy sous le nom Bicycode.

En juin 2015, le ministère de l’intérieur et la Fubicy ont signé une convention pour mieux diffuser le marquage antivol des vélos. Une raison de plus pour marquer votre vélo.

Cet article sur le vol des vélos est très intéressant, et fait le point sur ce qu’il faut retenir contre le vol des vélos.

Éclairage et sécurité

La nuit, il est vital d’être bien visible des autres usagers de la route. Pour rappel, les vélos doivent être équipés de feux et de catadioptres. De plus, en France, le port d’un gilet réfléchissant est obligatoire hors agglomération la nuit.

Théoriquement, tous les vélos vendus en France doivent être équipés d’un éclairage. En pratique, ce sont le plus souvent de médiocres feux à pile, amovibles, que l’on oublie ou qu’on se fait voler. Pour ne jamais être pris au dépourvu, il vaut bien mieux avoir un éclairage fixe, alimenté par une dynamo, le must étant la dynamo dans le moyeu (aucun bruit, et très peu de résistance au roulement). On trouve maintenant des feux sans pile que l’on peut installer facilement sur son vélo. Si on utilise des feux à pile, les piles rechargeables sont bien plus écologiques et économiques, mais attention, leur décharge est bien plus brutale que celle des piles classiques, et on peut se retrouver sans éclairage d’un coup, sans avoir été alerté par une baisse de luminosité. Un numéro hors-série de la revue Ville et Vélo est consacré à ce sujet.

Vélos et transports publics

Vélos et transports publics se combinent idéalement lorsqu’il faut parcourir de grandes distances. De plus, dans le Pays de Gex, les zones d’habitation sont parfois dispersées, et il n’est donc pas possible de desservir tous les lieux en transport public. Par contre, le vélo peut permettre en quelques minutes de rejoindre une gare, un arrêt de bus ou de tram. Ainsi, la plupart des habitants du Pays de Gex habitent à moins de 15 mn à vélo d’un transport public. La gare CFF de l’aéroport est à 15 mn environ du centre de Ferney-Voltaire, et est très bien équipée en stationnements pour vélo. De même, les terminus du tram Meyrin-Gravière ou CERN sont très facilement accessibles depuis Prévessin ou Saint-Genis, et sont toutes deux également équipées de stationnements vélos.

Si vous préférez emporter votre vélo avec vous, vous pouvez le faire dans tous les transports publics si votre vélo est pliant. Avec un vélo classique, ce ne sera par contre possible ni dans les bus (sauf le dimanche, voir le site des TPG), ni dans les trams. Vous pouvez le prendre dans les trains CFF à certaines conditions, et en payant un supplément. Dans les trains français, c’est en général possible dans les TER, mais sous condition dans les grandes lignes.

Vélos pliants

Les vélos pliants permettent idéalement de combiner transports publics et déplacements à vélo. On trouve maintenant des modèles à la fois compacts et efficaces. Comme d’habitude, les vélos de qualité ont un certain prix, mais s’ils vous permettent de moins utiliser la voiture, les économies réalisées compenseront vite le coût d’achat. La marque la plus célèbre pour les déplacements urbains est Brompton, mais Dahon ou Birdy font également de bons vélos pliants. Vous pourrez en apprendre plus sur le forum dédié du site Vélotaf. Enfin, un magasin spécialisé existe à Genève, consultez notre liste des magasins de la région.

Intempéries

Le Danemark et les Pays Bas sont champions des déplacements à vélo, qui peuvent atteindre 40 à 50 % de tous les déplacements. Les personnes se déplacent là-bas à vélo été comme hiver, malgré un climat bien moins clément que le nôtre. Il suffit d’avoir quelques vêtements adaptés: une bonne veste, un surpantalon étanche (genre K-Way, cela coûte quelques dizaines d’euro) et des surchaussures étanches. Le mieux est de faire quelques essais, vous pouvez aussi bénéficier de l’expérience d’autres cyclistes sur le forum de Vélotaf.

Droit Suisse/France

A partir de 2012, la vignette vélo n’existera plus en Suisse. Par contre, en Suisse comme en France, il faut vous assurer que vous êtes bien couvert pour les dégâts que vous pourriez causer en circulant en vélo. Cela fait normalement partie de l’assurance responsabilité civile liée à votre logement.

En Suisse comme en France, il est interdit de circuler à vélo sur les trottoirs. (en France, seuls les enfants jusqu’à l’âge de 8 ans peuvent le faire).

Le Gart a publié fin 2016 un document intitulé «le code de la rue» qui présente les nouveautés récentes du code de la route concernant les aménagements pour piétons et cyclistes (zone de rencontre, zone 30, etc…) et récapitule les grandes règles. Le document est très bien fait.

L’association Vélobuc récapitule sur cette page l’essentiel du droit français s’appliquant aux circulations à pied, à vélo ou à roller.

ProVélo édite un petit guide juridique qui rappelle les principales règles concernant les cyclistes en Suisse.